dimanche 19 juin 2011

Rentrer à l'École Polytechnique en venant de l'université : c'est possible !

Peu d'étudiants savent qu'on peut rentrer à l'École Polytechnique par la filière universitaire, sans avoir suivi de classe préparatoire, après la Licence. Et ceux qui le savent disposent d'assez peu d'informations sur le déroulement du concours et sur ses modalités.
Venant de le passer, j'essaie de mettre cette expérience par écrit afin qu'elle profite aux prochains, car les retours sont rares sur le Web.

vendredi 17 juin 2011

Petit Bateau : simplement du sexisme quotidien


Selon Petit Bateau, un petit garçon en devenir sera courageux, fort, robuste, fier, vaillant, rusé, habile, déterminé, espiègle, cool.
En revanche, les petites filles sont destinées à devenir jolies, têtues, rigolotes, douces, gourmandes, coquettes, amoureuses, mignonnes, élégantes, belles.

Nulle intention de nuire, juste du sexisme de tous les jours, à la petite cuillère, une manière d'enfermer les filles dans des rôles de potiches ("belle, coquette, jolie, mignonne"), en laissant aux mâles le soin d'être intrépides ("fort, robuste, courageux"). Les femmes seront belles et se pavaneront ("élégante, amoureuse") devant les hommes qui gagneront le pain du foyer ("habile, déterminé").

jeudi 16 juin 2011

La vraie lettre de Georges Marchais au recteur de la Mosquée de Paris

Un certain nombre de sites à tendance réactionnaire ou nationaliste se complaisent à publier des extraits d'une lettre que Georges Marchais, alors candidat à la présidentielle du Parti Communiste Français (PCF), a adressé le 6 juin 1981 au recteur de la Mosquée de Paris. Ce dernier avait protesté contre la destruction d'un foyer de travailleurs maliens par le maire — communiste — de Vitry-sur-Seine, Paul Mercieca. Dans sa lettre, Georges Marchais prenait la défense de son camarade et dressait un réquisitoire contre l'immigration... mais pas de la façon suggérée par les sites en question, qui profitent malhonnêtement du double sens qu'on peut donner à des écrits tronqués.

La lecture de la lettre originale, telle que publiée dans l'Humanité, permet de comprendre le propos de Georges Marchais et de se faire sa propre opinion à son égard.