mardi 12 juillet 2011

Laïcité, par GRI&CO ICONE


De jolies paroles pour cette chanson de GRI&CO ICONE :

À la claire fontaine m'y allant promener,
J'ai trouvé l'eau si claire que j'y m'y suis baigné,
Elle avait l'air d'un ange, c'est que c'est étrange,
Elle avait l'air d'un ange, c'est ce qui vous dérange,
Des gars de la cité voulaient la faire tourner,
Moi et Ahmed on s'y est opposés,
Total respect, totale humilité,
Moi j'aime pas les femmes quand elles sont apprivoisées.

dimanche 3 juillet 2011

Shabbat mon amour, et autres consignes casher

C'est sur le forum de Techouvot.com qu'on découvre une palanquée de questions (et de réponses) mémorables posées par quelques juifs particulièrement dévots.

Un cohen («membre du clergé hébreu») demande par exemple, après avoir terminé sa première année commune aux études de santé (PAES), s'il a le droit d'effectuer des études de médecine. Niet ! En effet, « si dans le cadre des études vous êtes obligatoirement amené à être en contact avec un cadavre humain [...] il sera a priori interdit au Cohen d'entreprendre de telles études. » On imagine la cruelle désillusion après un an de dur labeur.

Dans un autre registre, le lecteur apprendra avec soulagement qu'il existe des rasoirs électriques casher. Le rabbin Yossef Loria précise même que « les Philips dont le modèle est inférieur ou égal à 6000 [sont] tolérés », précision fort utile pour les plus consciencieux.

Mais que cette bonne nouvelle ne vous pousse pas au laxisme ! On ne plaisante pas avec les objets électroniques. Plusieurs messages indiquent sans ambiguïté qu'il est rigoureusement interdit d'utiliser la clé magnétique de son immeuble pour y rentrer durant shabbat.